Se încarcă pagina ...

Géométrie, Paradoxes et Origines dans les oeuvres d'Adrian Costea

Data publicarii: 29.03.2016 19:15:00

Kandinsky, Du Spirituel dans l'Art, VIII : « c'est d'une manière mystérieuse, énigmatique, mystique, que l'œuvre d'art véritable naît de l'artiste. Détachée de lui, elle prend une vie autonome, devient une personnalité, un sujet indépendant, animé d'un souffle spirituel, qui mène également une vie matérielle réelle – un être. »

 

 

GÉOMÉTRIE 

 

Des sphères, des angles, un cylindre, quelques ellipses, l'apparence d'une figure, un jeu avec la profondeur, avec le poids, la matière, l'attraction... et soudain naît un équilibre éternellement éphémère, un mouvement statique, la potentialité du mouvement, comme l'abstraction chez Kandinsky révélait la potentialité du rythme.

 

 

Si l'on parle de musique, la sculpture d'Adrian Costea est verticale : elle contient dans son harmonie complexe et riche les potentialités de sa mélodie secrète, comme le code génétique ou la clé de son identité, spirale invisible contenue dans le rapport dansant de ses matériaux extrêmement denses. 

 

Les formes géométriques entrent dans une communion quasi mystique, produisant une synergie qui transcende la loi physique qu'elles manifestent... Alors, on regarde sans le savoir l'expression libre de lois  naturelles qui structurent notre monde et notre regard, on observe inconsciemment notre façon de percevoir, on plonge dans une âme mathématique qui nous renvoie notre propre histoire sous une perspective silencieuse, aussi subtile qu'imposante. 

 

PARADOXES

Pleines de paradoxes, multiples et complexes, les œuvres vibrent du désir ardent de s'affranchir des règles et de la logique, matérialisées notamment par les lois de la matière.

 

Cherchant la cime d'une limite qui les fera basculer dans le vide ou dans un autre plan d'existence, elles rendent invisible la réalité de leur naissance matérielle, pouvant se faire passer pour des êtres de chair et d'os. L'affranchissement des matériaux dans lesquels elles ont pris forme semble à lui seul un sacré paradoxe si l'on pense au poids et à la taille que leur présence physique impose.

 

Comme certains personnages de Dostoïevski qui semblent vivre sans même que nous ayons besoin de les lire, les œuvres semblent fonctionner d'elles-mêmes, à l'intérieur de leurs propres rouages mécaniques et mystiques. La démesure physique de ces œuvres est un leurre, qui cache un désir de s'affranchir de leur destin d'êtres matériels et logiques.

 

 

Plus qu'un mystère archéologique caché dans les profondeurs inexplorées d'une pyramide égyptienne, ou comme un labyrinthe extrêmement précis et affûté qui, par la densité de ses nœudss réussit à contenir l'explosion de sa propre libération, c'est de l'origine même du mythe humain dont nous parle Adrian Costea. 

 

ORIGINES

 

A l'image des personnages de Dostoïevski là-aussi, l'âme des constructions sculpturales d'Adrian Costea, aux frontières de l'abstrait ou du figuratif, exprime un rapport à Dieu plein d'ambiguïtés: comme une double identité dont on ne sait jamais laquelle est l'originale, comme un abîme fascinant ou un jeu de poupées russes, les multiples facettes des œuvres sont autant de points de fuite et de perspectives donnant l'illusion d'une unité, au sein d'un véritable chaos existentiel.

 

 

Ce chaos exprime en réalité une lutte acharnée et méticuleuse : à la fois défi lancé au destin, provocation arrogante, refus tragi-comique face à une fatalité inexorable, et appel lancé aux étoiles, cri silencieux et déchirrant, espoir interdit, rituel magique et savant venu d'une culture perdue ou d'un autre temps.

 

Ce désir fou rempli d'oppositions que les œuvres d'Adrian Costea réussissent à couver et à contenir sans jamais étrangler ni étouffer, c'est le désir d'une lutte amoureuse tragique... celui d'un héros trompé qui se battra jusqu'au bout pour retrouver non pas sa patrie, mais au sein de l'attraction primitive entre les cellules, une sorte de big bang qui a donné naissance à toute vie, dans un espace-temps à l'origine de la vie et de l'amour dans l'univers.

 

____________________________

 

Tamae Cziricos

 

Philosophe et écrivain de fictions symboliques,

diplômé de l'EHESS

 

Paris, 28 mars 2016

 

              _____________________________

 

Lisez aussi les textes suivants:   

 

Et, même aussi, les vidéos suivantes: 

Afisari: 2066
Autor: Tamae Cziricos
Spune-le prietenilor:
  • RSS
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • FriendFeed
  • LinkedIn
  • MySpace
  • Netvibes
  • Reddit
  • Technorati
  • Tumblr
  • Twitter
  • Yahoo! Bookmarks
  • Yahoo! Buzz
  • email
  • Live
  • StumbleUpon
  • Ping.fm

Comentarii

* Nume:
* Email:
* Mesaj:
  caractere ramase
* Cod de siguranta:

Va rugam sa introduceti in casuta de mai sus codul de siguranta
  * campuri obligatorii
 
Nume: ioana... (Mar, Wed 30, 2016 / 23:15)
densificari...

am mai spus si...repet...:)

oare cine mai are nevoie de ...Brancusi?...:)
poate doar o pogorare din...cer...:)
Alte articole | Arhiva
 
Citite Comentate Comentarii noi Ultimele articole
Newsletter