Se încarcă pagina ...

Rappel: "LA REINE DE SABA, FEMME DE SALOMON, FILS DE DAVID"

Data publicarii: 10.12.2012 00:09:00

Le texte qui suit est le texte qui accompagne la sculpture du nom de « La Reine de Saba, femme de Salomon, fils de David ». Il s’agit d’un texte né en même temps que les premières esquisses de cette sculpture au printemps 1977 à New-York, une sorte de poème élogieux pour une vraie Reine et une vraie Femme que l’auteur a toujours aimé et respecté profondément dans son imaginaire. C’est aussi un texte élogieux de la richesse extrême en général, du pouvoir ferme et précis, de la religion, du mysticisme et la magie dans tous les sens du terme. C’est finalement une forme de haute révérence exhaustive envers toute la création divine, autrement dit envers Dieu tout puissant. (Miron Manega)

 

"La mesure de l'amour c'est d'aimer sans mesure"

(Saint Augustin - extrait d'un sermon)

 

      200 CM  X  200 CM       

     140  CM  X  140 CM  X   45 CM  

     Berne-Suisse  1978

    Adrian Costea

 

La reine Makeda-Azéb de Saba a été la fille d’Umeira et de al-Himiari Bou-Schar’h vizir de Sharahbil Yakuf roi de Saba-Himyar. Très tôt elle a perdu sa mère et a été élevée par son père. Comme enfant, à cause de sa beauté inouïe, on l’a appéllée Houri, c’est-à-dire créature venue du paradis, donc descendue directement du ciel. Plus tard, quand elle a pris le pouvoir, elle a tout fait pour être la reine la plus reine de toutes les reines. De sa capitale Marib, elle a défendu avec beaucoup d’habileté et de grandeur son peuple ainsi que son royaume de Saba. On nous parle de la reine de Saba dans les textes de la Bible (roi, 10, 1-13), mais aussi dans l’Évangile selon Luc (chapitre 11, verset 31), et dans les Hadiths (27-23-44) du Coran où le prophète Mahomet parle d’elle sous le nom de Balqis. Dans « Le Premier livre des Rois », au chapitre 10 et on raconte entre autre le faste avec lequel le roi Salomon avait reçu la Reine.

 

Elle était une femme forte, volontaire, exubérante et sublime. Toute sa démarche pour conquérir comme une vraie tornade le royaume d’Israël, Jerusalem et le roi Salomon, ne fait que démontrer à quel point elle était visionnaire, stratège et maîtresse d’une forme magnifique de magie qui, par un tour de passe-passe, lui a fait traverser presque 3000 km et entrer ainsi dans le royaume de Salomon pour submerger le roi par ses offrandes amenées d’Ophir, par sa beauté, par sa féminité, et par son amour déchaîné. À son départ pour Marib, en retour vers la maison, de cet amour vertigineux et passionné est venu au monde un futur roi, sous le nom Ménélik-Ebna-Hakim.

 

Plus tard, le même Ménélik arriva lui aussi à Jerusalem pour voir et jouir de la présence et surtout de la sagesse de son père le roi Salomon, mais aussi admirer son empire. C’est ainsi qu’il a pu dérober du Temple de Jerusalem l’Arche d’Alliance qui était déposé là par le roi Salomon lui-même, dans le Saint des Saints du temple. L’Arche d’Alliance était considéré comme la résidence terrestre de YHWH (Exode 25 : 22). À l’intérieur de l’Arche, se trouvaient au moment de sa disparition, à la fois les Dix Commandements reçus par Moïse de la part de Dieu sur le mont Sinaï, le bâton d’Aaron, et la manne avec laquelle Dieu a nourri son peuple affamé et égaré dans le désert. La volonté et l’intelligence de la reine de Saba ont créé finalement toutes les opportunités pour Ménélik 1er de fonder la dynastie des Salomonides.

 

Femme unique, femme magique, que je me suis permis de représenter symboliquement par une femelle Grizzly gestante et située en plein milieu d’une nature abyssale par sa richesse et sa complexité dans laquelle s’entrelace toute forme de vie. En lisant de droite vers la gauche, on voit d’abord la forêt, puis la pointe dorée de son sceptre de pouvoir, ensuite la Reine de Saba avec sa couronne et son bébé Ménélik caché au fin fond des entrailles de sa mère, suivi après par les marécages, la rigueur et la précision des carrées de bronze et cuivre, et le tout se terminant avec le Soleil et, évidemment, la Lune.

ADRIAN COSTEA

New York, 1977

_________________________________________________

 

MIRON MANEGA

* Ecrivain, journaliste et poète

* Président du Département L'art médiatique d'ACOAR (Association des Marchands d'Oœuvres d'Art en Roumanie)

* Consultant à l’Association des Experts et des Evaluateurs d’Art de Roumanie (AEEAR)

* Critique et analyste du marché international de l’art

* Fondateur et coordonateur de la plate-forme culturelle  CERTITUDINEA www.certitudinea.ro

__________________________________________

 

Lisez aussi les textes suivants:   

 

Et, même aussi, les vidéos suivantes: 

 

Afisari: 1894
Autor: Miron Manega
Spune-le prietenilor:
  • RSS
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • FriendFeed
  • LinkedIn
  • MySpace
  • Netvibes
  • Reddit
  • Technorati
  • Tumblr
  • Twitter
  • Yahoo! Bookmarks
  • Yahoo! Buzz
  • email
  • Live
  • StumbleUpon
  • Ping.fm

Comentarii

* Nume:
* Email:
* Mesaj:
  caractere ramase
* Cod de siguranta:

Va rugam sa introduceti in casuta de mai sus codul de siguranta
  * campuri obligatorii
 
Nume: RvCyQFg8yHp (Jul, Sun 12, 2015 / 17:58)
July 27, 2012 at 10:06 am</a>I'm currently tniakg ACE and have for about a month now. It gives me energy and really does control my hunger. I only eat a decent size salad a day which is about 300 calories and I go to the gym and burn off about 500. I've lost 7 lbs and they just keep falling off. There's also no crash or 2:30 feeling. Love my ACE! Reply</a>
Alte articole | Arhiva
 
Citite Comentate Comentarii noi Ultimele articole
Newsletter