Se încarcă pagina ...

TESTAMENTUL LUI BRÂNCUŞI (IV). Moştenitorii

Data publicarii: 19.05.2012 11:36:00

 

În situaţia somării repetate venite din partea societăţii de sistematizare Assistance Publique, care declară pe toţi locuitorii din Impasse Ronsin „ocupanţi ilegali” ce vor trebui să plătească, de acum încolo, în locul chiriei, o amendă, Brâncuşi se hotărăşte, încă din februarie 1956 „să rezolve problema atelierului” , de vreme ce acţiunea de demolare a tuturor atelierelor baracate din Impasse Ronsin de către Assistance Publique era pe punctul de a se produce. Artistul îl roagă pe Jean Cassou să intervină, însă, „lucrările de construcţie se pornesc împrejurul atelierului sculptorului care, asemenea unei insule, va fi cruţat până la moartea sa”.

 

La 9 aprilie, în prezenţa lui Salles (director la Musée National d’Art Moderne), Brâncuşi le face cunoscută hotărârea de a dona statului francez întregul conţinut al atelierelor sale: lucrări, mobilier, unelte…

 

La 12 aprilie 1956, în prezenţa notarului Muzeului Franţei şi a unui cleric, Brâncuşi îşi dictează testamentul, numindu-l ca executor testamentar pe dr. Pascu Athanasiu de la Institutul Pasteur, iar ca „singuri moştenitori” pe Natalia Dumitrescu şi Alexandru Istrati. Donează „pentru totdeauna” Muzeului de Artă Modernă întregul conţinut al atelierelor sale din Impasse Ronsin, „cu excepţia numerarului care va reveni moştenitorilor mei” (se zice că acesta se ridica la peste două milioane de franci):
„Donaţia este făcută – se preciza în testament – înţelegând că Guvernul Franţei va construi la Musée National d’Art Moderne un atelier care va conţine lucrările mele, terminate şi neterminate, precum şi mobilierul şi sculele.”

 

Care să fi fost răspunsul lui Brâncuşi la necugetata acţiune ideologică a regimului de la Bucureşti? Artistul „înţelege manevrele autorităţilor” (îmbiat fiind şi de americani) care „speră să-i anexeze numele”, prin intrarea în posesiune a eventualei donaţii. „Cu vânduţii de la Bucureşti nu am ce discuta, ei au vândut poporul român ruşilor. Prefer să rămân şi să mor în Franţa” – i-ar fi răspuns Brâncuşi recentului vizitator, ambasadorul român Mircea Bălănescu. (Cf. B. Brezianu, Brâncuşi în România).

 

La 12 aprilie 1956, când la Bucureşti se deschidea „prima expoziţie retrospectivă în Europa şi în România a lui Brâncuşi” (M. Deac), în aceeaşi zi de 12 aprilie, la Paris, Brâncuşi îşi dictează testamentul în faţa autorităţilor franceze (martorul artistului fiind: Roland de Reneville), în chiar locuinţa sa din Impasse Ronsin.
Acesta este răspunsul artistului şi el va rămâne pecetluit prin Testament pentru totdeauna…

 

                                                                       T E S T A M E N T U L


L.S. Me C. BURTHE-MIQUE
NOTAIRE
RUE ROYALE 13

Pardevant Me Claude Burthe-Mique notaire à Paris soussigné.
En présence et avec l’assistance de:
Monsieur André Albert Marie ROLLAND, Juge au Tribunal Civil de la Seine, demeurant à Paris rue Madame No 11.
Et Monsieur Pierre Yves LE MEN, Sculpteur, demeurant à Paris rue de Vaugirard No 173.
Témoins instrumentaires requis conformément à la loi, choisis et appelés par le testateur ci-après nommé –
A COMPARU
Monsieur Constantin BRANCUSI, Maître Sculpteur, demeurant à Paris Impasse Ronsin No 11 (Rue de Vaugirard No 152), célibataire, ainsi qu’il le déclare.
D’origine roumaine, de nationalité française, titulaire d’une carte d’identité délivrée par la Préfecture de Police le neuf octobre mil neuf cent cinquante deux portant le numéro 3904883, de laquelle il résulte que Monsieur BRANCUSI est né le dix neuf février mil huit cent soixante seize à Pestisani (Roumanie). Lequel sain de corps et d’esprit ainsi qu’il est apparu au notaire et aux témoins soussignés, se trouvant dans une pièce sise au rez-de chaussée dépendant d’un atelier sis à Paris 11 Impasse Ronsin, ladite pièce éclairée par deux grandes verrières et une tabatière, dans laquelle le testateur, les témoins et le notaire se sont réunis à la réquisition du comparant.
A dicté son testament ainsi qu’il suit à Me BURTHE MIQUE en présence des témoins soussignés:

Ceci est mon testament qui révoque toutes dispositions antérieures.
J’institue Monsieur et Madame Alexandre ISTRATI, demeurant à Paris 11 Impasse Ronsin, mes légataires universels, conjointement. En cas de prédécès de l’un ou de l’autre de mes légataires universels, la part du prédécédé accroîtra le legs fait au survivant d’eux.
Je lègue à l’Etat Français, pour le Musée National d’Art Moderne, absolument tout ce que contiendront au jour de mon décès mes ateliers situés à Paris, Impasse Ronsin No 11 n’exceptant que l’argent comptant, les titres ou valeurs qui pourraient s’y trouver et qui reviendront à mes légataires universels.
Ce legs est fait à charge par l’Etat Français de reconstituer, de préférence dans les locaux du Musée National d’Art Moderne, un atelier contenant mes œuvres, ébauches, établis, outils, meubles.
Dans le cas où une ou plusieurs de mes œuvres seraient sorties de mes ateliers pour figurer dans une exposition ou pour toute autre cause, j’entend qu’elles soient intégrées dans le présent legs.
Je nomme Monsieur le Docteur Pasco Athanassiou, demeurant à Paris à l’Institut Pasteur, mon exécuteur testamentaire.
Mon exécuteur testamentaire aura notamment pour mission de collaborer avec le Musée d’Art Moderne à la reconstitution de l’atelier et à la répartition des œuvres léguées dans le cadre de l’atelier.


Le présent testament a été ainsi dicté par le testateur à Me BURTHE MIQUE et écrit en entier par Me BURTHE MIQUE tel qu’il a été dicté par le testateur en présence des témoins et il a été lu en entier par Me BURTHE MIQUE au testateur qui a déclaré le bien comprendre et y persévérer le tout en la présence simultanée et non interrompue des témoins.
Sur l’interpellation de Me BURTHE MIQUE les témoins ont déclaré expressément et séparément qu’ils sont Français, majeurs, qu’ils jouissent de leurs droits civils, qu’ils ne sont ni parents ni alliés au degré prohibé par la loi du testateur ou d’aucune des personnes ou établissement en faveur desquels il vient d’être fait des dispositions testamentaires et qu’ils remplissent d’ailleurs toutes les qualités préscrites par la loi.
Dont acte
Fait et passé à Paris sans désemparer dans les lieux indiqués
L’an mil neuf cent cinquante six.
Le douze avril.
Commencé à onze heures quarante cinq minutes et clos à douze heures quarante cinq minutes.
Et après une nouvelle lecture faite en entier du présent testament par Me BURTHE MIQUE au testateur celui-ci a signé avec les témoins et le notaire, ce sont en la présence réelle simultanée et non interrompue des témoins instrumentaires.

 

Sursă: Gorjenul.ro, Centrulbrancusi.ro

 

Afisari: 3499
Autor: Zenovie Cârlugea
Spune-le prietenilor:
  • RSS
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • FriendFeed
  • LinkedIn
  • MySpace
  • Netvibes
  • Reddit
  • Technorati
  • Tumblr
  • Twitter
  • Yahoo! Bookmarks
  • Yahoo! Buzz
  • email
  • Live
  • StumbleUpon
  • Ping.fm

Comentarii

* Nume:
* Email:
* Mesaj:
  caractere ramase
* Cod de siguranta:

Va rugam sa introduceti in casuta de mai sus codul de siguranta
  * campuri obligatorii
 
Nume: mihai (May, Tue 22, 2012 / 00:24)
Felicitari pentru a ne pune la dispozitie ADEVARUL CUTREMURATOR al posteritatii brancusiene! Un articol de-a dreptul tulburator si clarificator.
Alte articole | Arhiva
 
Colegiul de redactie

MIHAI EMINESCU
(Coordonator editorial şi moral)
Eudoxiu Hurmuzachi
Carmen Sylva
Vasile Alecsandri
Nicolae Densușianu
I.L. Caragiale
George Coșbuc
Vasile Pârvan
Nae Ionescu
Nicolae Iorga
Pamfil Şeicaru
Cezar Ivănescu
Dan Mihăescu
Stela Covaci

Colaboratori

Ciprian Chirvasiu, Dan Puric, Dan Toma Dulciu, Daniela Gîfu, Dorel Vişan, Firiță Carp, Florian Colceag, Florin Zamfirescu, Laurian Stănchescu, Lazăr Lădariu, Mariana Cristescu, Marius Dumitru, Mădălina Corina Diaconu, Mircea Coloşenco, Mircea Chelaru, Mircea Șerban, Miron Manega (ispravnic de concept), Nagy Attila, Sergiu Găbureac, Zeno Fodor

Citite Comentate Comentarii noi Ultimele articole
Newsletter